Startups et Business Mentoring, quelques statistiques ….

 

Vous l’aurez compris au travers des 2 premiers épisodes de notre micro-saga sur les startups et le Business mentoring, avant l’argent, c’est bien la qualité et le facteur humain qui doivent être pris en compte, ce à tous les niveaux et à chaque étape.

Pour autant, étayer cette analyse par quelques données statistiques permet de lui donner du corps et de la repositionner en face d’une réalité « business » sans concession !

Alors, me direz-vous, quel est le lien avec le Business Mentoring ?

 

Simple, vous répondrai-je : sans considérer que tout dirigeant de startup sans Business Mentor va forcément vivre ce scénario catastrophe (dont j’ai volontairement durci le trait), le fait d’être accompagné tout au long de la vie de son entreprise et en particulier lors de toutes ces phases critiques de caps à passer, lui permettra très sûrement :

Le « Business mentoring », simple effet de mode d’une sémantique « tendance » de notre « startup nation » ou réelle approche de co-construction pour des startuppers ?

 

Episode 1 : les tribulations d’un startupper en startup !

 

Quelle idée !!! nous savons tous que l’action mentorale est basée sur la relation humaine, sur la confiance établie.

Pourquoi et comment mettre des marqueurs de progrès (ou KPI pour les ‘anglophiles’), dans le suivi de l’action mentorale ?  Quels peuvent être les indicateurs qui aient du sens dans le suivi de cet accompagnement ?

Indicateurs de CA, de rentabilité, de niveau d’investissement …  Peut-être mais pas seulement !

Aux cadres qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat :

Vous êtes cadre dans un groupe depuis plusieurs années, vous connaissez des chefs d’entreprise pour les côtoyer et vous aimeriez bien vous aussi, avoir « votre boîte » !

 

Le goût de l’entrepreneuriat serait-il en train de gagner les cadres français ?

Les accélérateurs sont un modèle d’incubateur de démarrage à but lucratif, avec un système de candidatures ouvertes. Ils proposent des aides au lancement (hébergement, coaching, mentorat, logiciels) pour une période donnée (généralement quelques mois). Le premier accélérateur, baptisé Y Combinator, a été lancé dans la Silicon Valley en 2005 par Paul Graham. Il a notamment accompagné Dropbox et Airbnb. Ce modèle a été imité par TechStars en 2006, puis par Seedcamp en 2007. En France, ce modèle a notamment été adopté par Numa, The Family et 50 Partners.

Céder son entreprise n’est pas toujours une chose facile, que ce soit pour des raisons affectives ou que ce soit pour des raisons financières.

Mais quoi que l’on veuille, pour les plus âgés d’entre nous, il vient un moment où il faut « passer la main » dans les meilleures conditions et pour les plus opportunistes d’entre nous, il faut choisir la bonne stratégie pour pouvoir réaliser la meilleure plus-value possible.

Pas toujours facile à cerner !

Notre propos ici, après avoir donné quelques éléments pour faire la distinction, est surtout de préciser le rôle spécifique du Business Mentor pour le dirigeant d’entreprise, et plus particulièrement celui de TPE/PME/ETI.