L’Union Européenne, préoccupée par le niveau de formation des dirigeants de PME-PMI a co-financé plusieurs projets depuis fin 2013, à l’intérieur de programme Erasmus+, autour du mentorat de dirigeant de PME/PMI:

  • 2014-2016 : INSIST : www.insist-project.eu : Premier projet sur la formation des dirigeants de PME à la transmission,
  • 2015-2017 : TRUST ME:  www.trust-me-project.eu : ce projet a permis de bâtir une formation de Mentorat accréditable dans 4 pays.
  • 2017-2019 : MENTORCERTwww.trust-me-project.eu :  mise en place d’un examen de certification de compétence des Business Mentors européens, en conformité avec les exigences ISO17024.

Le 25 janvier 2018, la Fédération Hongroise d’Employeurs MGYOSZ (www.mgyosz.hu) a organisé une conférence autour de la certification de compétences de Business Mentor (MentorCert). Après une collaboration de 3 années, ADINVEST International, des organismes de formation, et des universités de 5 pays européens, ont été engagé en octobre 2017 le projet MentorCert, avec un co-financement de l’Union Européenne, permettant de mettre en place un examen de certification reconnu à une dimension européenne par toutes les parties prenantes impliqués dans le développement des PME/PMI en Europe.

Il y a quelques années, Thibault Lanxade, responsable du pôle TPE PME au MEDEF, résumait au micro de BFM TV une situation qui n’a malheureusement pas beaucoup évoluée.

« La mutation dans les entreprises est capitale. Il y a à peu près 800 000 chefs d’entreprises qui vont partir à la retraite d’ici 10 ans. La logique de cession transmission est un vrai sujet mais ces patrons qui vont céder doivent en même temps, opérer la mutation de leurs entreprises, ce qui pose la question de leur propre performance opérationnelle. »

La dimension transnationale du dispositif ADINVEST s'appuie sur un développement des compétences des mentors de façon cohérente à l'échelle européenne, pour s'assurer d'une culture opérationnelle unique à travers les différentes entités mise en place en Europe.

Ces actions sont soutenues par différents projets européens déjà engagés décrits ci-dessous qui permettent d'aboutir notamment à la mise en place d'un dispositif de certification européenne début 2017.

ADINVEST INTERNATIONAL sera présente à la 2e Edition du salon des entrepreneurs à Marseille les 26 et 27 Octobre au Palais des congrès, Marseille Chanot

Pendant ces deux jours, les équipes d’ADINVEST vous accueillent sur le Stand N° 110 situé dans le village 1 « Acteurs Territoriaux, Accompagnement & International ».

Nos experts animeront également des mini- conférences tous les jours,

  • Mercredi 26 Octobre de 12h 15 à 12h 45 sur le « Renforcement de sa stratégie internationale grâce aux financement européens »
  • et le Jeudi 27 Octobre de 14h45 à 15h15 sur le thème « comment être crédible face aux investisseurs ? »

Toute l'équipe ADINVEST International avait le plaisir de vous retrouver lors de sa participation au Salon EuroMaritime du 31 janvier au 2 février 2017 à Paris.

Nous avons profité de cette occasion pour animer deux conférences :

Pendant 5 jours, du mercredi 19 au dimanche 23 octobre 2016, le cœur d’une Afrique innovante et performante battra à Paris. Au travers de conférences et de rencontres, le Land of African Business – le LAB s’affirmera comme un évènement incontournable, lieu de vie et d’accueil singulier, espace unique pour bâtir une autre perception des « Afriques », valoriser les expertises, partager les points de vue et mettre en lumière des solutions innovantes et adaptées. Le thème retenu pour cette édition : « Développement inclusif en Afrique : mirage ou réalité ? »

ADINVEST persuadé du rapide développement de l'Afrique Grâce notamment aux nouvelles technologies participe et animera une table ronde de start-ups technologique et interviendra sur "le mentoring en Afrique et en Europe, le Samedi 22 à 16 heures.

www.lelab.info

Attachments:
Download this file (Programme-LAB-12.10.2016.pdf)Programme-LAB-12.10.2016.pdf[Programme de l\'événement]1271 kB

Effrayé par la baisse continue des taux d’intérêt et surtout par la perspective de leur remonté brutale, le lobby des assureurs et des banquiers a pu obtenir une transformation des contrats d’assurance vie en euros en transférant le risque de l’impopularité de leur éventuelle liquidité (on ne peut plus se faire rembourser ce que l’on veut quand on veut) et des conditions contraintes de leur remboursement (limitation des retraits par exemple) à l’administration, bonne fille.