Quand peut-on parler d’échec ?

Est-ce que l’échec le devient quand vous n’avez pas tout tenté ? Quand vous avez confondu obstination et entêtement ? Quand vous n’en retirez aucun apprentissage ?

Dans le cas du chef d’entreprise en difficulté, on l’observe toujours, son entreprise ne tient que par le « miracle de son obstination » ; alors à quel moment cela se transforme-t-il en échec ?

La première réponse qui vient à l’esprit : quand l’entreprise part en liquidation.

Mais peut-être pas !!! Ce n’est peut-être pas à ce moment-là que l’on peut parler d’échec !

 

Parlons d’obstination face à la difficulté, opposons-lui l’entêtement irraisonné !

La chute d’entreprise peut vous faire réfléchir, vous pousser à faire faire pivoter votre pensée. Rempli de cet apprentissage, vous rebondissez, vous avez profité de votre analyse, de votre introspection. Finalement vous exploitez la situation, vous l’utilisez, l’entrepreneur que vous êtes reprend la main et retrouve ce qui le caractérise, son potentiel créatif ! N’oubliez pas que c’est ce que vous êtes au démarrage, un créateur. Si d’une situation d’échec vous pouvez créer un nouveau projet, comment peut-on en ce cas-là parler encore d’échec ?

 

L’idéal ne résiderait-il pas dans la mise à profit de toute situation un peu « difficile » pour sauter la marche sans forcément aller jusqu’au « fond du trou » pour innover et trouver la solution ?

Comment peut-on faire pour cela ?

Pendre du recul ? Oui bien sûr c’est la solution.

Facile ? Non.

Pourquoi ? C’est un lieu commun, le chef d’entreprise est seul, dans ses prises de décisions et dans sa tête (du moins on l’espère 😄).

De quoi a-t-il besoin réellement pour se mettre en position de recul ? De pouvoir échanger en confiance, en sécurité avec un « alter ego » qui va questionner tous les points stratégiques, qui va réfléchir avec lui, qui même parfois, lui apportera ses connaissances. De cet échange gagnant-gagnant, le chef d’entreprise extrait l’énergie pour activer les bons leviers de son obstination créatrice, sans tomber dans l’entêtement irraisonné.

 

Le Business Mentor est là pour ça.