Il est à craindre sous peu l’explosion de ce constat dans bon nombre d’entreprise. En effet, la baisse d’activité provoquée par la pandémie récente limite les encaissements qui ne couvrent pas le paiement des charges en l’absence de mesures d’ajustement justifiées par l’espoir d’un retour rapide à la situation antérieure. Ce qui provoque la disparition des disponibilités, et sans argent devant soi, on ne fait rien !

 

Il faut donc tenir pour atteindre un objectif raisonnable de reconquête des positions commerciales antérieures. Il faut faire durer la trésorerie disponible. Pour cela des mesures d’ajustement temporaires (qui pourraient devenir durables) s’imposent et doivent être mise en œuvre grâce à la trésorerie disponible soit par prélèvement soit par utilisation de celle-ci comme levier pour lever d’autres capitaux permanents indispensables au bon déroulement du plan de relance voulu, écrit et défendu par ses auteurs, le chef d’entreprise et ses partenaires, salariés, comptable, conseil, business mentor ; chacun constituera son équipe en fonction de ses besoins en compétence, en soutien, en disponibilité.

 

La trésorerie est l’indicateur le plus palpable pour le chef d’entreprise.Son suivi, sa gestion, donc l’anticipation des flux doit être une préoccupation permanente dans le contexte actuel révélateur de la valeur de certains outils de pilotage du financement de l’entreprise et de son activité.

 

L’évolution de cette trésorerie, des disponibilités doit être précise, ajustée, fiable. Elle doit être anticipée par un plan de trésorerie à six mois au moins, soit jusqu’à la fin de cette année 2020 pour commencer, afin d’identifier par avance toute tension inacceptable car elle obèrerait définitivement le déroulement du plan de relance et autre toute perspective d’avenir.

 

La méthodologie pour établir son tableau de suivi de trésorerie, son interprétation et les seuils d’alerte seront différents selon la sensibilité du chef d’entreprise et surtout selon l’ambition ou la complexité du plan de relance qu’autorise les disponibilités mobilisables.

 

Nos business mentors européens sont dans une démarche de co-construction avec les porteurs de projets. Ils sont le poil à gratter qui force à demeurer dans un réalisme pertinent. Ils sont le stimulant qui réveille les abattus et sont le calmant qui fait réfléchir les agités. Et ils sont le partenaire idéal du pragmatique qui voit un chemin pour aller vers son avenir. Ils l’aideront à en faire une route praticable par tous les collaborateurs et partenaires extérieurs à l’entreprise qui n’auront aucun mal à adhérer et à suivre le plan qui leur est proposé.