Partir à l’international, pour une PME, c’est d’abord un choc culturel !!

Quitter son pays, c’est faire face à une autre langue, d’autres règles juridiques, d’autres façons de négocier … « Et si je me faisais copier mon savoir-faire. Et pour une PME comme la mienne, ce n’est pas imaginable !!  Sans oublier qu’il faut que je parle l’anglais. Que nos équipes sont franco-française. Oubliez, ce n’est pas pour nous ! » nous disait un client.

Et pourquoi pas ?? même si l’ambition n’est pas de doubler de taille, il nous faut tous considérer que notre pays n’est qu’un petit pays dans un ensemble que constitue l’Europe.

Sans oublier que, confrontées aux grandes entreprises de plus en plus mondialisées, nos PME soucieuses de développer une activité internationale doivent trouver une solution leur permettant de coexister dans l'ombre de ces géants.

Mais parfois développer son savoir-faire sur un autre territoire voisin peut être moins risqué qu’une diversification hasardeuse sur son propre territoire.

Même si s’ouvrir à de nouveaux marchés représente des risques, il est essentiel de se questionner, d’évaluer, de tester, et imaginer que c’est l’occasion de faire rayonner son savoir-faire.

 

Alors que faire ?

Rester tétanisé par l’enjeu ? prendre des risques inconsidérés ? Beaucoup restent bloqués dans l’immobilisme ne sachant que faire. Ou peut-être plutôt comment faire ?

De la méthode et de la patience, voilà ce qui pourrait être prescrit. Avancer pas à pas, sans trop d’ambition, prendre le temps de tester, d’évaluer les marchés, de cerner les différences, de s’enrichir de nouvelles façons de voir, d’aborder les enjeux du secteur à travers d’autres regards.

Que ce soit à travers un altergo, un potentiel distributeur ou revendeur, ou un partenaire industriel, il faut écouter, comprendre, enrichir son point de vue pour amender et ajuster sa stratégie. Les perspectives s’ouvrent dans la confrontation d’idées, le partage de perspectives. A l’échelle européennes, toutes nos PME européennes font face aux mêmes enjeux.

Alors trouver des coopérations techniques ou commerciales ne peut se faire que dans l’échange. Et évitez les a priori, dépassez les frontières et confrontez-vous à d’autres marchés, à d’autres entrepreneurs de votre secteur dans d’autres pays. Les rencontres ouvrent toujours à des opportunités, à évaluer calmement.

L’international vous apportera plus que du chiffre d’affaire, il vous ouvrira d’autres perspectives y compris pour votre activité en locale. Et pour générer des affaires pérennes, nous savons tous qu’il faut de la méthode et de la patience.

Et peut-être commencer à se fournir à l’international avant de vendre est une bonne première étape pour prendre le temps d’apprendre.

Lancez-vous, calmement mais lancez-vous  !!