Effrayé par la baisse continue des taux d’intérêt et surtout par la perspective de leur remonté brutale, le lobby des assureurs et des banquiers a pu obtenir une transformation des contrats d’assurance vie en euros en transférant le risque de l’impopularité de leur éventuelle liquidité (on ne peut plus se faire rembourser ce que l’on veut quand on veut) et des conditions contraintes de leur remboursement (limitation des retraits par exemple) à l’administration, bonne fille.

En effet, alors que le contrat en euros a longtemps été vendu comme un contrat sans risque qui préservait le capital (ce qu’il n’a jamais été en droit) et alors que les assureurs, banquiers et autres associations d’épargnants se livraient ces dernières années à une guerre absurde des taux de rendements, épuisant leurs obligations à taux élevés, se sont produits deux évènements que ceux qui prétendent préparer notre retraite à long terme (un enfant qui nait aujourd’hui a 50% de chance de vivre jusqu'à 84,96 ans pour une femme et 78,57 ans pour un homme) n’avaient, tout simplement….pas vu venir !!!

  1. La fin durable de l’inflation qui n’a plus permis de servir des taux faciaux élevés mangés par la hausse des prix et des commissions de commercialisations et de gestions pantagruéliques.
  1. La baisse inédite et historique des taux d’intérêt par des banques centrales qui courent ensemble après un taux de croissance et un taux d’inflation qui, comme un mirage, s’éloignent à chaque nouvelle injection de liquidités.

Et donc, après des années fastes pour les assureurs et l’Etat qui a écoulé sa dette à travers l’assurance vie, le ciel s’assombrit.

N’importe quel libéral pourrait croire que c’est aux assureurs d’assumer, dans leurs résultats et à travers leurs actionnaires si longtemps chouchoutés ce risque. 

Bien sûr que non ! Michel Sapin veille !

Président du Haut conseil pour la stabilité financière (composées majoritairement de fonctionnaires), il envisage de permettre à cette instance d’après l’Argus de l’assurance de :

  1. Moduler les règles de dotation et de reprise de la provision pour participation aux bénéfices afin de renforcer la résilience des entreprises d’assurance face à des variations importantes des taux d’intérêt ou de prix des actifs (en clair réduire autoritairement le rendement).
  1. Prendre, à titre conservatoire, plusieurs mesures macroprudentielles préventives lorsque cela est nécessaire pour préserver la stabilité du système financier ou prévenir des risques menaçant gravement la situation financière des organismes d’assurance ou d’une partie significative d’entre eux. (En clair : bloquer ou limiter les remboursements et avances sur les contrats voire les arbitrages)

 

Ce risque est-il sous-estimé, est-ce un fantasme et une précaution inutile visant à « protéger le petit épargnant » ?

 En fait, notre Etat impécunieux a prévu la manœuvre. Une fois l’arrosage des banques centrales terminées, arrosage qui rend par exemple moins cher aujourd’hui de prêter à l’Italie qu’aux …Etats-Unis, nos fonctionnaires de Bercy savent que l’écart de taux entre L’Allemagne et la France va exploser au regard de notre si vertueuse politique budgétaire et donc que nos taux d’intérêts vont rapidement augmenter.

 C’est exactement le scénario attendu !

 Au-delà de la constitutionnalité de cet amendement au regard du droit de propriété qui pourrait chatouiller un conseil constitutionnel soucieux de nos principes fondateurs, il est quand même étonnant que les assureurs arrivent ainsi à transférer une décision qui leur appartient sur l’Etat qui n’a d’ailleurs à sa disposition qu’un fond de 400 millions d’euros de provisions en cas de défaillance des assureurs…Autant dire rien au regard des fonds déposés sur l’Assurance vie

 Bien sûr avoir un contrat d’assurance-vie peut être toujours utile mais attention à sa liquidité (ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier), penser à conserver des liquidités en cas de coup dur, vérifier son rendement, ses coûts de commercialisation, regarder la taille de l’assureur, en bref : Faites enfin attention,

Plus globalement, pour préparer votre retraite. Réfléchissez !!

Pensez aussi à l’investissement en PME-PMI……

 

ADINVEST International adapte son modèle et finance sa croissance

 
 
 
Le Cron démarre